22 MAI Pour le Service public – Toutes et tous dans la rue !

Départ République à 14H00 en direction de Bastille arrivée Nation RDV à la loge à 13h30

En réponse aux attaques gouvernementales sans précédent contre les personnels de la Fonction Publique, et donc du service public lui-même, une Intersyndicale large et unitaire Fonction Publique appelle à la grève et aux manifestations le 22 mai prochain.

La fédération SUD Santé est partie prenante de ce mouvement. Les attaques de la Fonction Publique sont la suite logique de la casse du Code du Travail par Ordonnances.

Parce que les attaques sont communes, nos résistances doivent l’être.

Il n’y a rien de plus rentable socialement que le service public.
Le Service Public est un acquis social, indispensable à toutes et tous, financé par toutes et tous, accessible à toutes et tous. Ce bien commun est aujourd’hui mis à mal et sa destruction entraine la souffrance tant pour les usagers que pour ceux qui y travaillent.

Soins, éducation, eau, énergie, transports…
Qui n’aura jamais besoin de se soigner, de se chauffer, de s’éclairer, de voyager ne serait-ce que pour aller bosser, apprendre ou même juste vivre… Nous toutes et tous, bénéficiaires de ces Services Publics, ne devons pas laisser les actionnaires avides de profits faire de nous une clientèle captive. Ne devenons pas dépendant-es mais restons exigeant-es quant à une société permettant aux un-es et aux autres de se tenir debout les un-es à côté des autres quels que soient nos revenus.

Pour le profit d’un petit nombre, ils pètent le modèle social de tous
Sans aucun scrupule, notre président banquier utilise toutes les ficelles du rachat d’entreprise pour discréditer l’exercice de celles et ceux qui œuvrent pour le service public, avec la notion de dette comme argument majeur, allant jusqu’à exacerber le sentiment de culpabilité via son remboursement générationnel.

La réforme nécessaire comme écran de fumée
Telle une armée de pompiers pyromanes, le gouvernement et ses député-es proposent aujourd’hui de contenir l’incendie qu’ils ont soigneusement allumé, à coup de réformes aussi violentes que lapidaires. Ils veulent, par la violence de leurs attaques, créer un sentiment de sidération. C’est-à-dire nous assommer toutes et
tous pourtant, seul-es créateur-trices de la richesse qu’ils convoitent. Ces gens nous traitent de fainéant-es, de parasites,
de fraudeur-euses, de profiteur-euses, de privilégié-es, alors
qu’eux-mêmes ne vivent pourtant que de notre travail et des
richesses que nous produisons.

La méthode du gouvernement : Casser les acquis , broyer les droits…
Après avoir saccagé le Code du Travail, le Gouvernement s’en
prend maintenant aux personnels sous statut. Comme la loi
Travail XXL, les instances représentatives du personnel sont remises en cause. Une fusion du Comité Technique d’Établissement et du CHS-CT est annoncée. La disparition du CHS-CT n’améliorera rien, mais en l’absence de CHS-CT plus aucune analyse de la dégradation croissante des conditions de travail des agent-es ne sera possible. SUD Santé Sociaux revendique au contraire le renforcement des missions et du rôle du CTE et du CHS-CT (dont la promotion de l’égalité professionnelle), dans cette période de fortes restructurations (GHT, fusion, etc…) des structures sanitaires, sociales et médicosociales.
A l’heure de l’annonce de nouvelles coupes budgétaires pour
l’hôpital Public, -1,2 milliards, alors que des dizaines de milliers
de postes vont être supprimés, ils veulent les travailleurs sans défense.
Le gouvernement veut développer le recours massif aux contractuel-les. Il entend aussi développer la rémunération au
mérite, qui porte atteinte à l’objectivité et à la neutralité des missions. En effet, quels seront les objectifs : la loi du marché ou
le bien commun ?

Le plan « Action Publique 2022 » du gouvernement porte bien mal son nom.
Ce qui est prévu, ce sont la privatisation, l’externalisation, l’abandon des missions, les restructurations… La « transition numérique » sert de prétexte à la liquidation du personnel, on cherche à nous faire croire que ce sont les appli et autres outils numériques qui prendront en charge patients et usagers… mais une tablette ne tiendra jamais une main !

Tou-te-s Solidaires ! Le 22 mai, tou-te-s dans la rue !